older

Épargner pour se constituer un complément de retraite va devenir de plus en plus nécessaire pour compenser les risques de pension insuffisante.
Vous trouverez dans ce dossier les différentes caractéristiques des supports d’épargne existants. Une chose est certaine, mieux vaut commencer tôt et le faire de manière régulière.

Épargner en prévision de sa retraite apparait à beaucoup comme nécessaire pour obtenir un complément de revenus quand sonnera l’heure de la retraite. Vous pourrez estimer votre retraite insuffisante soit parce que, bien qu’ayant cotisé longtemps, votre salaire qui constitue la base de la cotisation était trop faible, soit parce que, souhaitant partir le plus tôt possible (à l’âge légal), vous craignez de ne pas avoir obtenu de droits suffisants.

Inquiétudes sur le taux de remplacement

En matière de situation des futurs retraités, un indicateur clé est le taux de remplacement. C’est le rapport entre le montant de la retraite (de base et complémentaire) et celui de la rémunération perçue avant de partir en retraite (rappelons qu’une fois à la retraite, la pension étant indexée sur les prix, son pouvoir d’achat n’augmente plus). Le taux de remplacement varie selon les régimes de retraite, les carrières individuelles, les niveaux de revenus. On estime ainsi que les taux de remplacement sont proches de 70% pour des salariés rémunérés au SMIC et sont le plus souvent compris entre 50 et 60 % pour les cadres. Du moins pour des personnes ayant bénéficié de carrières complètes ou pas trop « bousculées ».

La réforme de novembre 2010 porte à 62 ans (en 2017) l’âge minimum (ou âge légal) ouvrant droit à la retraite. Le nombre de trimestres de cotisations nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein est porté à 166 trimestres pour les assurés nés en 1955 et 1956. Il augmente pour les générations suivantes en fonction de l’espérance de vie. L’âge de départ possible avec une retraite à taux plein quelle que soit la durée de cotisation est porté à 67 ans (en 2017).

Les parcours professionnels étant loin d’être sécurisés, notamment pour les non cadres, cela accroit l’incertitude sur le niveau des pensions de retraites que l’on pourra obtenir individuellement et accroit le besoin d’épargner pour financer la retraite.

Un besoin ressenti

L’ensemble de ces données atteste d’un besoin de constituer une épargne retraite. Les cadres sont particulièrement concernés mais ils ne sont pas les seuls. Les enquêtes montrent que ce besoin est largement ressenti par les Français.

La réforme de novembre 2010 n’a pas modifié cette appréciation. Selon le baromètre Epargne de l’Institut TNS Sofres réalisé en octobre 2010 juste avant que celle-ci soit adoptée au Parlement, 1 actif sur 2 se déclare incité par la réforme des retraites pour prendre des dispositions particulières pour préparer sa retraite.

Mais le passage à l’acte ne va pas de soi. Selon cette même enquête confirmée par des sondages d’autres instituts, un gros tiers seulement des Français actifs déclarent mettre régulièrement de l’argent de côté pour préparer leur retraite sur le plan financier. Raisons le plus fréquemment invoquées pour cette réticence : le manque de moyens, le manque d’information ou la priorité donnée à d’autres objectifs comme l’éducation des enfants.

Dans les autres articles de cette rubrique, nous nous efforçons de combler le problème de l’information et d’apporter des réponses aux questions que vous pouvez vous poser.